Rue des Dames

, , , , , ,

Une tragicomédie tonique, servie par une écriture élégamment acérée, des personnages attachants, atypiques, désireux de prendre en main leur destin, celui de leur microsociété, sans savoir s’ils sont des acteurs ou de simples actants mus par un metteur en scène invisible.

15,00

« Travailler moins pour vivre mieux. Dans une sorte d’arche de Noé fantasque et solidaire, en pleine période de crise. »
Forte de cette devise, une célibataire acquiert une maison bourgeoise comportant sept logements indépendants et un jardin en friche. Elle propose une colocation à titre gratuit à des amis puis emménage avec deux mères récemment divorcées.
Toutes trois songent aux futurs membres de leur mini-communauté, à leur conception du bonheur individuel ou collectif quand un spécialiste des troubadours et de l’amour courtois découvre leur logis insolite. Quatre appartements restent encore vacants…
Et si la colocation permettait de « se changer tout en changeant l’ordre du monde » ? Et si les utopies étaient possibles, malgré certains dangers ?

Auteur(s)

Format

,

Nombre de pages